Journal d’un juif Français (ou l’inverse)

Bienvenue sur mon blog

 

La mémoire de la Shoah prime-t-elle sur celle de l’esclavage?

Parallèlement à mes études, je travail dans un kiosque à journaux dans une gare.

Les employés sont, pour la plupart noirs et de plus en plus souvent, le sujet revient en discussion. A vrai dire, je ne sais pas pourquoi. Je m’étonne juste de cette redondance. Que veulent-ils? Ce matin, paf ça n’a pas raté.

J’arrive tranquillement quand un de mes collègues me montre la une du magasine allemand Der Spiegel. Je n’ai aucun avis, je ne comprend pas l’allemand et par conséquent la une de l’hebdomadaire non plus. La causette s’engageant, nous arrivons à un point sensible. « Nous les noirs, y’a surement eu plus de morts que vous pendant la Shoah. On a été persécuté depuis bien plus longtemps que les juifs. »

Comme je suis bien élevé, je tente d’expliquer à mon compagnon de travail que premièrement, je ne suis pas insensible à la colonisation et l’esclavage. Je peux comprendre sa souffrance. Pourtant, il faut qu’il sache que l’antisémitisme n’a pas commencé à l’arrivé d’Hitler au pouvoir. On a pas non plus attendu les camps de la mort pour massacrer des Juifs. Les pogroms existaient. Par ailleurs, la « spécificité » du génocide juif est que les nazis ont industrialisé le massacre de millions de personne. » Tu imagines, des hommes ont préféré déporté des juifs plutot que de se faire livrer des armes pour combattres les alliés.Des hommes ont organisé des concours de photo sur le thème de l’instant avant la mort » … Je reconnais, j’ai un peu ressortis mes cours d’histoire, mais, dans certains cas ça peut etre efficace.

Sauf que là, il revient à la charge m’expliquant  quand même que  c’est toujours les même dont il faut se souvenir. La preuve, regarde les soldats africains qui ont combattu pour libérer la Françe. Depuis, ils n’ont pas reçu un sou de l’Etat français alors que d’autres…. (Merci le film Indigènes)

 

Dialogue de sourds. Personnellement je pense qu’il s’agit d’un autre combat. Se remémorer de la perversité au plus haut point de l’être humain ne veut pas dire qu’il n’y a pas de place pour la mémoire d’autres crimes contre l’humanité.

Alors, je ne sais toujours pas répondre à la question. Mais, si,en fait c’est de savoir qui est la plus grosse victime, on a finalement rien compris.

Dans : Non classé
Par lesplaisirsdeparis
Le 25 mai, 2009
A 2:22
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
high school musical et camp... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blogpornox
| Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire